Combien rapporte un plan d’épargne logement (PEL) ?

Le PEL est un placement accessible à tous, dont la fonction est de se constituer un apport pour un projet immobilier. S’il a rencontré beaucoup de succès depuis sa création, est-il toujours intéressant aujourd’hui ?

Cochon tirelire avec livret d'épargne sur la tête
© iStock

Rappel : qu’est-ce que le PEL ?

Le PEL est une épargne qui va servir d’apport lors d’un emprunt pour l’achat d’un bien immobilier.

Son rôle est aussi d’augmenter vos chances d’obtenir un crédit pour l’achat d’une résidence, principale ou secondaire. Il peut également servir à des travaux. De plus, le PEL offre des avantages comme un taux d’intérêt fixe (à la date d’ouverture) et capitalisable.

Le taux d’intérêt du prêt immobilier est lui aussi connu à l’avance et est plafonné à 2,20 %.

Le PEL permet de bénéficier d’une prime de l’état et échappe à l’impôt sur le revenu pendant 12 ans.

Il peut être ouvert par toute personne majeure ou mineure. En revanche, on ne peut ouvrir qu’un seul PEL, mais on peut le coupler avec un CEL.

À noter :
C’est un placement sans risque qui peut donner un coup de pouce bienvenu si on souhaite acheter un bien immobilier.
Bon à savoir :
Le plafond de votre PEL est de 61 200 euros.

La banque peut-elle clôturer un PEL ?

Pour garder son PEL le plus longtemps possible (et toucher plus d’intérêts), il y a des règles à suivre. Sans ça, la banque va devoir le clôturer.

  • Première règle : alimenter le PEL. Le premier apport doit être au minimum de 225 euros. Ensuite, vous devez mettre, tous les ans, au moins 540 euros. Vous pouvez effectuer des paiements mensuels, trimestriels ou un paiement annuel. Peu importe, du moment que l’argent rentre.
  • Deuxième règle : avoir ouvert un PEL avant 2011. Si vous avez souscrit votre plan d’épargne après 2011, il sera automatiquement fermé la quinzième année, ce qui n’est pas le cas pour ceux ouverts avant.
  • Troisième règle : ne pas retirer d’argent. Si vous souhaitez prendre de l’argent, même partiellement, cela entraîne automatiquement sa clôture.

Combien allez-vous toucher avec votre PEL ?

Les trois éléments principaux qui peuvent donner une estimation de l’argent que va vous rapporter votre PEL sont les suivants :

  • La date d’ouverture ;
  • les sommes versées ;
  • la fiscalité.

La date d’ouverture détermine les taux d’intérêt auxquels vous aurez le droit, ainsi que le montant de la prime de l’état.

Bien entendu, l’argent que vous aurez versé joue également un grand rôle. Plus votre PEL sera rempli, plus vous toucherez de l’argent.

Enfin, la flat tax et les prélèvements sociaux sont aussi des éléments qui vont vous orienter quant à la somme que vous allez récupérer.

Voyons tout ça plus en détail.

Les taux d’intérêt du PEL

Selon la date d’ouverture de votre Plan Épargne Logement, le taux du PEL change. Pour que ce soit plus clair, voici un tableau récapitulatif :

Date d’ouverture du PEL Taux d’intérêt
D’août 2003 à janvier 2015 2,5 %
De février 2015 à janvier 2016 2 %
De février 2016 à juillet 2016 1,5 %
Depuis le 1er août 2016 1 %

Comme vous pouvez le constater, le taux d’intérêt est de moins en moins intéressant au fil des années. Néanmoins, d’autres avantages en font encore un bon placement.

À noter :
Rappelons que ces taux sont capitalisables, c’est-à-dire qu’ils s’ajoutent au capital déjà versé et produisent des intérêts à leur tour.

La prime de l’état

En plus des intérêts, l’état a mis en place une prime, dans le but d’encourager les Français à devenir propriétaires.

Cette prime dépend de plusieurs choses :

  • Des performances énergétiques de l’habitation que vous comptez acheter, puisque cette prime encourage également le développement durable.
  • Des intérêts capitalisés.
  • De la date de souscription du PEL comme vous pouvez le voir ici :
Date d’ouverture du PEL Valeur de la prime
De mars 2011 à janvier 2015 40 % des intérêts acquis
De février 2015 à janvier 2016 50 % des intérêts acquis
De février 2016 à juillet 2016 2/3 des intérêts acquis
D’août 2016 à décembre 2016 100 % des intérêts acquis

Bien entendu, le PEL doit être utilisé pour l’achat d’un bien (si vous cassez votre PEL pour en faire autre chose, vous n’aurez pas le droit à la prime).

Enfin le PEL doit atteindre au moins 5 000 euros.

La prime de l’état a été créée, nous l’avons évoqué, pour le développement durable. Ainsi, elle peut varier selon le logement que vous achetez et peut aller de 1 000 euros pour des performances énergétiques classées E ou F, à  1 525 euros pour des performances plus importantes. Enfin, elle dépend aussi des personnes à charge de l’acheteur.

La fiscalité

Les prélèvements et les impôts comptent aussi pour beaucoup dans la somme finale de votre PEL. Là encore, la date d’ouverture de votre épargne va être déterminante.

Si vous avez ouvert votre PEL avant 2018 et qu’il a moins de 12 ans, seuls les prélèvements sociaux seront à verser.

En revanche, si votre PEL a plus de 12 ans, vous devrez vous acquitter des impôts sur le revenu. Cette ponction se passe lorsque la banque vous verse les intérêts. Elle applique une flax tax, ou PFU (Prélèvement Forfaitaire Unique) de 30 % : 17,20 % de prélèvements sociaux, 12,8 % de IR.

À noter :
Vous avez la possibilité d’opter pour le barème progressif de l’impôt sur le revenu.

Si vous avez souscrit un PEL après 2018, vous serez imposable que vous PEL ait plus ou moins de 12 ans. Là encore, vous pouvez choisir le barème progressif.

Important :
Vous pouvez bénéficier d’une dispense de prélèvement obligatoire. Il suffit que votre revenu fiscal de référence soit inférieur à 25 000 euros pour une personne seule, ou 50 000 euros pour un couple marié ou pacsé.

Quelles alternatives au PEL ?

Si vous avez ouvert votre PEL avant 2016 (voire 2018), le PEL est encore très rentable. C’est encore mieux avant 2011, car, ainsi, vous pouvez continuer à toucher des intérêts au bout de 15 ans (ceux ouverts après 2011 sont clôturés la quinzième année).

Mais après 2018, les choses se gâtent. Les intérêts sont beaucoup moins importants et vous devez payer des impôts dessus.

Il est normal, alors, de chercher des alternatives qui rapportent plus. Par exemple l’assurance-vie, qui continue de séduire les Français. L’immobilier locatif est également une valeur sûre. Enfin, les livrets, même s’ils rapportent peu, sont des options envisageables.

Aucun commentaire à «Combien rapporte un plan d’épargne logement (PEL) ?»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés.
* Champs obligatoires