RIB perdu ou volé : quels sont les risques ?

Le RIB est un document fourni par votre établissement bancaire lors de l’ouverture de votre compte en banque. Il contient des informations précieuses, qui permettent de réaliser des prélèvements et de recevoir des paiements. Ces données, très sensibles, doivent être conservées précieusement. Mais que se passe-t-il si on vous vole ou que vous avez perdu votre RIB ?

Homme tenant un document bancaire et sa carte bancaire devant un ordinateur
© iStock

Le RIB, un concentré de renseignements sur votre compte bancaire

Pour bien comprendre pourquoi il faut absolument faire attention à votre RIB, il faut comprendre sa nature et son rôle.

Le RIB est l’acronyme de Relevé d’Identité Bancaire. Vous vous en servez constamment afin de recevoir de l’argent, comme votre salaire, ou payer des prestataires (fournisseurs d’énergie, internet, abonnement téléphonique, loyer…).

C’est dire s’il circule !

Ce qui rend toutes ces transactions possibles, ce sont les informations qui se trouvent dessus. Ainsi, vous pourrez retrouver :

  • Le nom et l’adresse du titulaire du compte en banque.
  • Le code de l’établissement où se trouve le compte.
  • Le code guichet, ou code agence, composé de cinq chiffres permettant d’identifier l’agence bancaire.
  • Le numéro de votre compte en banque de onze chiffres.
  • Les deux chiffres de la clé du RIB, qui permet de vérifier la validité du numéro du compte bancaire.
  • La domiciliation du compte bancaire (le nom de la banque et son adresse).
  • L’IBAN. Composé de 27 chiffres (pour la France), il est standardisé aux normes européennes (SEPA). C’est l’identifiant de votre compte bancaire qui résume toutes les informations ci-dessus et bien d’autres.
  • Le BIC. C’est l’identifiant international de l’établissement bancaire qui gère le compte.

Comme vous pouvez le constater, il y a beaucoup de choses dans ce petit bout de papier.

À noter :
Il ne faut pas confondre RIB et IBAN. Même si l’IBAN suffit la plupart du temps à réaliser des transactions, il est différent du RIB qui lui, contient des adresses, l’IBAN et le BIC.

Récupérer son RIB : la marche à suivre

Le RIB est souvent réclamé afin de faciliter les paiements. Si la banque vous en fournit quelques-uns déjà imprimés lors de l’ouverture de compte, ils partent assez vite.

Heureusement, il est très facile d’en récupérer. Vous pouvez retrouver votre RIB :

  • Dans votre banque en vous rendant au guichet.
  • Sur votre espace client (site et application). Vous pouvez même le partager en ligne ou le télécharger et l’imprimer.
  • Dans votre carnet de chèques ainsi que sur votre relevé de compte papier (IBAN seulement).

Vous avez un RIB pour chaque compte bancaire, ainsi que pour les comptes épargne et les livrets.

Vous avez perdu votre RIB, que faire ?

Un des inconvénients du RIB, c’est qu’il est très facile à perdre sous son format papier.

Imprimé sur un petit document, il glisse facilement sans qu’on s’en rende compte. Les déménagements sont aussi propices à la perte de papiers…

Et si réimprimer un RIB est très simple, il faut penser aux fraudes que cette perte peut engendrer. Il suffit que votre RIB tombe entre de mauvaises mains pour avoir pas mal de soucis.

De même, si vous distribuez votre RIB sans vous méfier, vous pouvez être victime d’une personne peu scrupuleuse qui va s’en servir à mauvais escient.

En effet, comme vous le savez, le RIB sert à effectuer des transactions bancaires et contient des informations très sensibles.

Avant 2014, les risques de fraudes avec un RIB volé ou donné sans méfiance étaient faibles. En effet, avant cette date, il fallait fournir avec le RIB une autorisation en deux exemplaires, signée par le détenteur du compte bancaire et par le créancier.

Cette démarche était obligatoire et la banque devait faire des vérifications à réception de l’autorisation de prélèvement avant d’accepter un ordre de prélèvement. Les fraudes étaient donc plus compliquées et moins nombreuses.

Or, depuis le 1er août 2014, les choses ont changé. Le virement SEPA a été instauré et avec lui, l’autorisation de prélèvement a disparu. En lieu et place, un mandat doit être signé (sous forme électronique ou sous forme papier) par le débiteur et être remis au créancier.

N’étant pas transmise à la banque, celle-ci n’a donc plus l’obligation de vérifier si tout est en règle. Par conséquent, il est devenu plus facile de frauder.

Il suffit de récupérer un RIB (piratage, RIB papier perdu, escroquerie) pour faire une demande de prélèvement sur votre compte bancaire.

Ce scénario cauchemardesque vous fait peur ? On vous comprend. Mais rassurez-vous, il y a des moyens pour vous protéger.

Protégez votre RIB contre les fraudes

Tout d’abord, même si les risques sont plus importants qu’avant, la fraude avec les RIB n’arrive pas tous les jours, fort heureusement.

Néanmoins, le risque zéro n’existe pas. Voici donc quelques conseils pour éviter cette situation.

  • Consultez régulièrement vos relevés de compte. De nos jours, ils sont en ligne, plus la peine de l’attendre par courrier. Vous verrez ainsi très vite s’il y a un ou des prélèvements suspects.
  • Faites une liste blanche des créanciers autorisés à prélever de l’argent sur votre compte. Vous pouvez aussi établir une liste noire qui, elle, interdira les organismes ou personnes inscrites de prendre de l’argent. Renseignez-vous auprès de votre banque.
  • Ne communiquez/donnez jamais votre RIB à des inconnus. De même, attention aux mails douteux qui se font passer pour des organismes. Personne ne vous demandera jamais un RIB de cette façon.
  • Ne laissez pas traîner votre RIB. Ne le jetez pas non plus tel quel dans votre poubelle de recyclage. Détruisez-le avant en le découpant (vous pouvez utiliser une machine à détruire les documents).
  • De même, ne laissez jamais traîner vos documents administratifs, même chez vous. Rangez-les en lieu sûr et évitez d’imprimer trop de RIB d’avance.
  • Limitez vos prélèvements par RIB aux organismes connus (EDF, Orange…). Si vous faites des achats en ligne, vous pouvez utiliser votre carte bancaire ou même Paypal. Vérifiez aussi que le site est sécurisé (« HTTPS » et 3D Secure).
Bon à savoir :
Certaines banques vous notifient lors d’un nouveau prélèvement SEPA. C’est le cas avec beaucoup de banques en ligne. Quant aux banques traditionnelles, LCL, la Société Générale et BNP Paribas proposent aussi ce service. Renseignez-vous auprès de votre établissement bancaire ou avant de changer de banque.

Vous avez repéré un prélèvement frauduleux, que faire ?

Si vous voyez, en vérifiant votre bancaire, un prélèvement qui vous semble douteux, n’attendez pas pour réagir. Commencez par bloquer ce prélèvement (soit depuis votre espace client, soit en contactant votre banque).

Sachez qu’en cas de prélèvement frauduleux, vous pouvez demander son remboursement. L’article L.133-18 du Code Monétaire et Financier précise que les banques ont le devoir de vous redonner votre argent, même si après enquête, le prélèvement s’avère être justifié.

Vous avez 13 mois pour faire votre demande si vous n’avez pas signé de mandat, et huit semaines pour un prélèvement que vous avez autorisé par erreur.

Aucun commentaire à «RIB perdu ou volé : quels sont les risques ?»

Laisser un commentaire

Les commentaires sont soumis à modération. Seuls les commentaires pertinents et étoffés seront validés.
* Champs obligatoires