La séparation des pouvoirs
Théorie contestée et pratique renouvellée

sous la direction d’Alain Pariente

La séparation des pouvoirs apparaît à la fois comme un thème familier et fondamental. Cependant, derrière l’expression, souvent évoquée, se cache une notion essentielle mais peu étudiée.
Cet ouvrage vise à combler cette carence en réunissant des contributions témoignant de l’actualité de la séparation des pouvoirs.
Il s’articule autour de deux axes.

C’est d’abord un éclairage théorique de la séparation des pouvoirs qui est proposé. Les différents contributeurs ont chacun choisi un angle permettant d’analyser un aspect particulier de la notion et de ses perspectives. La place du juge, et en particulier du juge constitutionnel dans le système politique, est ainsi largement analysée
Sur le plan pratique ensuite, différentes approches, selon les époques et les systèmes politiques, sont traitées. Quelles séparation des pouvoirs aujourd’hui dans les pays de common law, mais également au sein de l’Union européenne ?

Cet ouvrage permet tant de donner un contour clair et précis à la séparation des pouvoirs que de mesurer les conditions d’une pratique effective de la notion, clé de voûte du fonctionnement des démocraties.

Sommaire

Avant-propos
Introduction

Première partie.
Les contours contestés de la théorie de la séparation des pouvoirs

De l'État de droit à l'État de jurisprudence ? Le juge de l'habilitation et la séparation des pouvoirs
par Carlos-Miguel Pimentel, professeur à l'Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, page 9

De la séparation des pouvoirs à l'idée des contre-pouvoirs : Montesquieu revigoré par le néolibéralisme
par Slobodan Milacic, professeur à l'Université Montesquieu-Bordeaux IV, directeur du Centre d'études et de recherches sur les Balkans, page 31

L'« autre » séparation des pouvoirs de Montesquieu
par François Saint-Bonnet, professeur à l'Institut d'études politiques
de Rennes, page 49

Le Conseil constitutionnel et la théorie de la séparation des pouvoirs
par Alain Pariente, maître de conférences à l'Université Montesquieu-Bordeaux IV, page 65

Seconde partie.
La pratique renouvelée de la séparation des pouvoirs

La séparation des pouvoirs et la Ve République : le paradoxe de 1958,
par Pierre Avril, professeur émeute à l'Université Panthéon-Assas
Paris II, page 79

L'autonomie fonctionnelle des pouvoirs publics,
par Jean-Pierre Camby, professeur associé à l'Université Panthéon- Sorbonne Paris I, page 85

La doctrine de séparation des pouvoirs dans le système institutionnel de l'union européenne,
par Théodore Georgopoulos, maître de conférences à l'Université de Reims, page 97

Pratique et remise en cause de la séparation des pouvoirs en Grande-Bretagne et aux États-Unis,
par Jean-Pierre Duprat, professeur à l'Université Montesquieu-
Bordeaux IV, Institut de recherche en droit public, page 115

Conclusion par Dmitri Georges Lavroft, professeur émérite à l'Université
Montesquieu-Bordeaux IV, président de l'Académie nationale
des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux, page 139.